LUTTE CONTRE LA PAUVRETE
les vies transformées dans une société prospère

Lutte contre la pauvreté

La pauvreté en un lieu est une menace pour le développement partout. Nous croyons qu’une Alliance, un partenariat solide entre divers acteurs peut aider à vaincre la pauvreté et le sous-développement partout.

La pauvreté est un phénomène multidimensionnel qui est la condition, l’état, d’une personne, d’une communauté ou d’une nation qui manque de ressources, de moyens pour mener une vie décente.

D’après les estimations de la Banque Mondiale, 10 % de la population mondiale (734 millions de personnes) vivait avec moins de $1,90 par jour en 2015, alors que ce taux était de 36 % en 1990, soit 1,9 milliard de personnes. 

L’Afrique subsaharienne avec une population de 1,2 milliards de personnes, abrite 416 millions de personnes vivant encore dans l'extrême pauvreté en 2020.

Si le taux de pauvreté a baissé sur tous les continents et même en Afrique, ces dernières décennies, passant de 49% à 41% entre 1981 et 2015, le nombre de pauvres a par contre augmenté sur le continent africain.

La situation dans les Etats membres de la CEDEAO donne un taux de pauvreté moyen autour de 50%, malgré quelques disparités. Au Nigéria par exemple, 112 millions des 180 millions d’habitants vivent sous le seuil de l’extrême pauvreté, avec moins de $1,90 par jour. Sachant que sur 3 personnes vivant dans la CEDEAO, 2 sont nigérians, alors il est aisé de dire que plus 50% des populations de la région de la CEDEAO vivent dans l’extrême pauvreté, malgré les disparités nationales.

En Côte d’Ivoire, ce chiffre se situe entre 46,3 % et 49%, selon que les sources soient gouvernementales ou issues d’enquêtes réalisées entre 2015 et 2020.

En raison de la crise sanitaire de la pandémie de COVID-19 et la crise économique subséquente, la situation est en train de s’aggraver. En effet, la crise sanitaire, la crise économique et la crise sécuritaire (les conflits, le terrorisme et l’insécurité communautaire) risquent d’effacer l’ensemble des progrès enregistrés ces dernières années, surtout dans les pays africains.

Nos populations pauvres vivent une situation de manque / une pénurie de biens moyens vitaux de subsistances essentiels, dont :

La nourriture, le vêtement, le logement, les soins de santé, l’eau potable, les services d’éducation, les opportunités économiques, une bonne qualité de vie, les biens essentiels, un emploi décent.

Vaincre la pauvreté c’est :

  • donner à tous l’accès à un emploi décent, capable d’aider à sortir les populations de la misère et de l’indigence,
  • offrir des choix aux populations,
  • offrir des opportunités économiques, donner l’accès aux biens, services et plaisirs, et
  • favoriser l’inclusion sociale,
  • prévenir le manque et les privations de biens existentiels,

Les conséquences de la pauvreté sont dommageables pour les populations, car elle:

  • empêche le pauvre de bien réfléchir, et d’optimiser tout son potentiel
  • est facteur de désintégration sociale,
  • enlève la dignité et l’honneur aux braves populations,
  • réduit les victimes dans des habitats précaires et cadres de vie délabrés,
  • déshumanise les victimes avec des latrines souvent ouvertes, sans systèmes sanitaire, d’hygiène, d’assainissement, d’électrifications appropriées
  • entraine des maladies hydriques, des maladies de la pauvreté (le choléra, la dysenterie, le paludisme, fièvre typhoïde….etc) à cause des ordures, odeurs et autres conditions précaires de vie,
  • est source d’analphabétisme,
  • créer le manque et de nudité,
  • etc…

Le monde autour du pauvre semble souvent indifférent de ses douleurs, de sa situation, de ses conditions de vie précaire. Les pauvres et marginalisés vivent une limitation physique, spatiale, de la sécurité, des capacités et font face aux abus de la part de ceux qui ont le plus de pouvoir.

Souvent c’est grâce à l’assistance d’amis et de bonnes volontés que le pauvre est tiré de situations ‘’honteuses’’.

L’alliance pour le développement s’est fixé pour vision de contribuer à mettre fin à la pauvreté et d’œuvrer à la transformation des vies, des communautés et des nations. Elle contribue à prévenir et à lutter contre le fléau.

Nos gouvernements, nos politiques nationales et régionales ne sont pas encore parvenus à relever le défi et nous croyons qu’il faut une alliance multi-acteurs afin de mettre les compétences et expertises variées au service des populations et des nations.

Malgré la multitude des programmes et les nombreuses ressources naturelles et humaines, le continent africain, la région de la CEDEAO, et la Côte d’Ivoire ne sont malheureusement pas encore parvenus à éradiquer la pauvreté.

Etant une des régions les plus pauvres, bien qu’elle soit la zone où la croissance est parmi les plus fortes et où les investissements ont relativement augmenté dans le monde, l’Afrique doit œuvrer vigoureusement pour l’atteinte de l’Objectif du Développement Durable 1 des Nations Unies: pas de pauvreté. C’est à cela que l’ARDPC travaille au quotidien et sans relâche avec ses partenaires, au travers d’initiatives multiformes et multi-acteurs.

La course aux ressources naturelles de notre région doit profiter aux populations et à tous, et pour arriver à cela, l’alliance veut connecter les acteurs du développement entre-eux et capitaliser les apports divers de chacun au profit des populations pauvres, des secteurs et de ceux qui en ont le plus besoin.

Pour nous, il est impérieux que nos populations aient droit au développement: le droit des populations de la Côte d’Ivoire, de la région de la CEDEAO, de l’Afrique entière et du monde au développement est un droit inaliénable.

La pauvreté doit être renvoyée aux calendes grecques et pour y arriver nous proposons une alliance multiforme selon les secteurs, qui consiste pour tous les acteurs, à travailler ensemble dans différents cadres, en partenariat, afin de briser le cercle vicieux de la pauvreté :

Faible revenu – faible consommation – faible épargne – faible investissement – faible productivité – faible revenu.

Le cercle vicieux de la pauvreté montre que les populations pauvres ont un faible revenu, donc une faible consommation et une épargne faible. Elles ne peuvent donc pas avoir suffisamment de ressources pour investir et donc leur productivité est faible, par conséquent, incapable de générer assez de ressources pour elles-mêmes. Elles sont prises dans cette situation cyclique, qui fonctionne comme un piège, sans jamais pouvoir s’en sortir.

Finalement, ces populations tournent sur elles-mêmes sans pouvoir se sortir, ni être tirées de la pauvreté.

COMMENT REDUIRE LA PAUVRETE ?

Il faut briser ce cercle vicieux en

  1. augmentant le revenu des populations pauvres, ou
  2. en augmentant leur productivité

On y arrive en mettant en place, entre autres, une palette d'initiatives que sont :

  1. des opportunités économiques et financières pour les populations,
  2. des projets divers à impacts rapides,
  3. des projets à impacts revenu directs pour changer leurs vies,
  4. des projets et mini-infrastructures communautaires,
  5. l’encadrement et assistance aux groupements et syndicats,
  6. des solutions durables et autonomes de génération, gestion et multiplication de revenu,
  7. la formation à la bonne gestion des affaires et des ressources,
  8. l’augmentation de leurs capacités de production,
  9. la formation générale et diversifiée des populations,
  10. l’éducation générale et la formation technique pour les insérer,
  11. la santé, pour maximiser leurs potentiels,
  12. la création de conditions de vie décentes (logement,…),
  13. l’offre des moyens techniques et équipements divers,
  14. l’aide à innover et à inventer,
  15. l’aide au transfert et à la maîtrise de technologies,
  16. la réplication et adaptation de solutions, exemples et modèles qui ont marché ailleurs
  17. la mise à disposition d’informations, d’idées, de formations et des moyens capables de les autonomiser,
  18. l’amélioration et l’augmentation du travail, du capital, de l’accès à la terre, des techniques de production/culturales, des technologies, et autres moyens divers,
  19. etc...

Mais contribuer à la réduction de la pauvreté c’est aussi agir sur et avec le secteur privé, l’Etat, et les autres acteurs au développement pour diverses politiques, projets et programmes, capables de changer qualitativement la vie des citoyens et de la nation.

L’Alliance pour le développement se veut donc un cadre d’analyse des politiques, de participation aux réformes économiques, d’initiatives directes, de mobilisation et de réseautage, pour mettre en relation tous les acteurs au développement et les bénéficiaires. Ceci permettra de mobiliser tous les partenaires et acteurs au développement dans différents cadres, selon la nécessité et l’opportunité.

Car très souvent les voies qu’emprunte l’aide au développement la rendent inefficace à changer la vie des populations pauvres en Afrique et dans les zones pauvres du monde, surtout dans les zones rurales, où les approches culturelle et participative sont souvent insuffisamment prises en compte.

Et cela d’autant plus que la population pauvre est majoritairement concentrée dans les zones rurales, et péri-urbaines peu instruite, employée dans l’agriculture et âgée de moins de 18 ans.

services des dons

Courier Chèque à l'ordre de ARDPC
Adresse: 01 BP 10004 Abidjan 01
Abidjan, Côte d'Ivoire

Tél: (+225) 22 410 818
Mobile: (+225) 57 547 238
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.